samedi 11 février 2012

11 Février 1902

Malgré ma demande formelle d'un espace vital au sein de l'amphithéâtre, un petit impertinent est venu s'assoir à côté de moi. J’ai d’abord cru à un lecteur assidu de mes romans numériques, mais les faits m’ont apportés de nouveaux éléments intéressants. Reprenons depuis le début.

Je ne sais rien de lui, mis à part qu'il est étudiant en Histoire à l’Université de Victoria Hall et que, de toute évidence, il ne se doute absolument pas de la nécessité de me laisser en paix.

Sa stature, assez fine, était masquée par sa position piètrement arc-boutée, mais ses gestes tremblants trahissaient une certaine méticulosité.

Alors qu’il entreprenait d'agencer ses affaires, je remarquais qu’il avait référencé chaque objet par taille, un toc de toute évidence.

Je le dévisageais quelque peu, assez circonspect de trouver ici, à Victoria Hall, un étudiant qui ne sache pas mes manies. Lui regardait dans le vide.

Nous sommes restés là, cloitrés dans un long silence pendant quelques minutes.

"Fulgurite..." me lança-t'il.

« Pardon ? » répondis-je

"Vous avez passé une bonne partie de la nuit à faire de la fulgurite... Et vous êtes Français"

J'essayais de garder prestance et constance, comme à l'accoutumée, et ce quel que soit le genre de malhabile qui ose engager la conversation sans l'avoir débutée par les formules d'introduction de base, mais... il m'avait littéralement désarçonné.

"Continuez..."lui dis-je

"Vous sentez le café moulu et bien tassé, l’odeur subtile et délicate de celui-ci ne correspond pas à une marque Anglaise mais que l’on trouve plutôt dans les riches échoppes de Paris. Café dont vous avez visiblement abusé au vu des larges cernes que l’on peut lire sous vos yeux. Vous avez sur les doigts des traces résiduelles de silice déposée en petits amas compacts... J’ignore à quelles fins mais le verre vitrifié sur le bout de votre chaussure gauche m’indique que vôtre expérience à été concluante… vous avez réalisé de la fulgurite ! "

« Intéressant, mais le fait de boire du café importé de France ne fait pas forcément de moi un citoyen de l’hexagone ! »

« Le café non, mais votre horrible accent en revanche… »

« Vous avez su déceler cela juste sur le mot « pardon » ? »

« Il n’en fallait pas plus ! Maintenant si vous le voulez bien j’aimerais suivre ce cour… »

Ce petit outrecuident ne sait visiblement pas qui je suis, quant à moi je ne compte pas en rester là, j’irais m’enquérir sur son identité dès demain. Et je me charge de lui apprendre les bonnes manières.

vendredi 10 février 2012

10 février 1902

J'ai appliqué la théorie du Nucléon libre sur les bancs de L'Université de Victoria Hall...

En 1756, le physicien Heindrich Stahl, auquel je voue un culte sans fin a démontré que dans un espace restreint, le nucléon doit rester sans liens avec les autres molécules pour rester libre.

J'ai donc pris le microphone sur la chaire du Professeur Crawleigh (Enseignant en sciences sociales) pour prévenir mes "camarades" que je souhaitais avoir un espace de 3 sièges à l'Ouest et l'Est de ma position, et d'une rangée complète de sièges au Nord et au Sud.

Ainsi personne ne pourra lorgner sur mes recherches les plus secrètes, ou de ne se rendre compte que j'ai installé sur mon steam-pad "Knights of the Modern Républic"... ce qui serait d'autant plus catastrophique pour mon image.

Quoiqu'il en soit, je défie quiconque de deviner mon password pour déverouiller mon Steam-pad, puisque j'ai habilement hacké le programme, et qu'il génère toutes les heures un nouveau pass directement envoyé sur mon A-Phone...

...que j'ai oublié sur le bureau de mon atelier ce matin... La poisse...



jeudi 9 février 2012

9 Février 1902

9 Février 1902
Le Maire de City Hall, Malcom Little vient de nommer Carlton Lester à la tête de la Police.

Cette annonce a envahi tous les sites d’informations, j’ai eu envie d’éteindre mon SteamPad et de rester de marbre, mais ma curiosité l’a emporté.

Je suis la carrière de cet homme depuis quelques temps déjà,… plus de 15 ans au service de City Hall, des états de services remarquables, une amitié à peine dissimulée avec le Maire Little, il a gravit les échelons de la hiérarchie avec passion et patience, mais l’en-tête de l’édition numérique du “City Hall Tribune” me laisse dubitatif : “Un héros national prend les commandes”

Un Héros National ??… Certes, il a mené avec brio l’arrestation d’Hector Friss, contrebandier et marchand d’armes en Novembre 1901, mais j’ai quelques doutes…

Son passage du grade de Capitaine à Inspecteur-Chef en l’espace de quelques mois éveille en moi quelques soupçons….

Quoique doué indéniablement d’un sens aigu de la Justice et d’une certaine intelligence, son tempérament vif et lunatique le positionnerai plutôt dans un rôle purement politique…

J’espère que son rapprochement officiel avec le Maire Little le poussera plutôt dans cette direction.

8 Février 1902

8 Février 1902
Malgré tous mes efforts LA plus grande des aventures est encore hors de portée de l’homme…

Il y a certes ce que les Anglais appelent les “Family Resort” à la surface de la Lune, mais très peu pour moi ; d’abord je ne supporte pas les voyages à bord du Space Mountain (pourtant une prodigieuse invention, dont je suis quelque part jaloux), et le soleil m’incommode fortement…

Mais là n’est la question fondamentale ; je souhaite y répondre de la manière la plus scientifique qui soit : Comment l’Etre Humain qui a bâti des monorails suspendus, des tubes-métropolitains sous les mégapoles, ou encore l’archéo-Net qui relie toutes nos machines à écrire, ne s’est pas encore mis sérieusement à une expédition au plus profond de nos océans ?

L’Homme, rêveur et idéaliste, a de tout temps dirigé les yeux vers le Ciel alors qu’il ignore 60% de ce qu’il a sous ses pieds.

J’y songe souvent… descendre dans les abysses, et atteindre la limite possible, un but, un rêve….